Archives de la catégorie: artistes

tplt

Depuis plusieurs années, le collectif tplt fait vivre la scène électronique bordelaise à sa manière. En proposant, des évènements de jour et de nuit, ils investissent différents espaces de la ville : clubs, salles de concert, lieux d’exposition, friches, espaces publics…  7 membres, DJs, musiciens et plasticiens, unis autour de ces différents projets afin d’animer la Belle Endormie.

facebook.com/tpltcollective
soundcloud.com/tpltcollective

Logo tplt 3

Mt.

Mt. 1983.

Artiste multi plaisirs : plasticien, illustrateur, graffeur et peintre en lettres.

Diplômé des Beaux-Arts de Bordeaux en 2004.

Membre du collectif Skin Jackin’ depuis 2010.

Peintre en lettres au sein du collectif Julien Julien depuis 2017.

Actionnaire principal et unique des Editions Merde depuis 2011. Auto édition de Fanzines et Graphzines.

Passionné d’encre de chine et de Blanco, je remplis des formats (souvent de grande taille) depuis des années et des années : ça occupe. Je m’inscris dans la pratique du All-over et revendique une filiation, ou un héritage, avec l’Art Brut. Je tente dem’éloigner de la figuration, du réalisme, pour aboutir à une forme de dessin systématique.

ISMAËL POSSO

Ismaël Posso est né a Arcachon en 1967 d’un père sculpteur et entouré d’une famille passionnée par les arts et la culture dans laquelle il fut normal qu’il puisse fouiller dans les vielles boîtes de tubes à l’huile de son grand père pour faire ses premiers pas dans la peinture à l’huile comme il fut normal qu’il demande un aérographe pour ses 15 ans. Grâce à cet outil il se mit très vite au travail pour peindre les casques des mobylettes des copains puis leurs guitares, puis plus tard leurs capos de  voitures. Après de brèves études en œnologie il décide de partir en Australie (avec son aérographe dans les valises) et de s’inscrire au PICA (Perth Institute of Contempory Arts) toute jeune école d’art, davantage pour obtenir un visa étudiant que pour retourner à l’école, avoue t-il ?

Mais ce fut rapidement la rue et le quartier de North Bridge au nord de Perth qui lui donnèrent sa chance. C’est une région en plein essor qui offre beaucoup de travail en peinture publicitaire, graff, décorations de commerces, puis c’est la peinture aborigène qui attira son esprit et son regard de même que l’art découvert dans toutes les îles qui entourent le pays et qui forment ce continent au doux nom d’Océanie.

Ismaël enchaîne les voyages ; Indonésie, Asie du sud-est, Pacifique, Marquises, La Réunion, Etats-Unis durant une quinzaine d’années à rencontrer des professeurs, maîtres, employeurs et amis.

Mais la Gironde vient à lui manquer aussi il décida en 2010 d’y revenir définitivement pour s’adonner à sa passion, la peinture et la sculpture.

Fasciné par l’hyperréalisme, il en retient une rigueur et une patience qu’il essaie d’intégrer dans son travail pour mieux décrire sa vision de notre univers.

Passionné par les outils et les matières, c’est en explorateur qu’il découvre constamment de nouvelles possibilités à travers la peinture à l’huile, la résine, le bronze, la terre, le bois, le béton et le plâtre….

Depuis deux ans, il se consacre essentiellement à l’huile car comme pour un effet « madeleine de Proust », Ismaël a besoin de cette odeur et a envie d’évoquer des souvenirs de voyages intérieurs…

 

Ses créations actuelles naissent de la passion que porte Ismaël  pour l’infiniment grand et l’infiniment petit et tout ce qui compose notre Univers. Les molécules, les atomes, les étoiles, les poussières cosmiques, les cellules et tous les états de la matière solides, liquides ou gazeux.

Pour tout contact : Ismaël Posso

RUSTHA LUNA POZZI-ESCOT

Rustha Luna Pozzi-Escot est une artiste franco-péruvienne née à Lima en 1973. Elle s’intéresse à la spécificité de l’identité féminine. Sculpteur de formation, elle utilise également d’autres médiums comme la photographie, la vidéo ou la couture et des matériaux variés comme la résine ou la laine.

Elle détourne des objets utilisés par les femmes dans leur quotidien ainsi que des savoir-faire féminins en leur donnant un nouveau sens. De ces appropriations d’images et de symboles liés à la femme, nait un regard non-conformiste et non convenu sur les questions de genre.

rusthaluna.com